Débuter en couture : le matériel

Coucou tout le monde !

Dernièrement on m’a approchée avec des questions sur la couture pour débutant, ça m’a inspirée pour la rédaction de ce billet. Je vais faire une petite suite de billets de ce genre, donc à vous amis curieux qui voulez débuter, accrochez-vous bien !

Je commence par quoi ?

Avant de vouloir commencer à coudre, il faut être équipé.e pour. Avant d’avoir la machine à coudre j’avais déjà le nécessaire pour coudre à la main, ce qui a d’ailleurs bien simplifié ma vie quand j’ai voulu me mettre à la couture machine. Voici ma liste non exhaustive du matériel de base qu’il faut pour commencer la couture : – Paire de ciseaux. (*)(**)
– Paire de ciseaux cranteurs.(**)
– Un paquet d’aiguilles.
– Du fil.
– Des épingles.
– Papier pour patron.
– Un feutre textile.
– Un fer à repasser.
– Mètre ruban.
– Articles de mercerie (quelques boutons, épingles à nourrice, élastique, etc).

(*) Cette paire de ciseaux sera dédiée au tissu et uniquement au tissu. La lame s’émousse vite, surtout contre le papier, des emballages en plastique, etc. Cette paire est et restera donc sacrée.
(**) Ami.e.s gaucher.e.s bonjour ! Attention, autant on peut des fois s’adapter à certains ciseaux droitiers, autant, à ce niveau là, je vous encourage de tout mon cœur à investir dans une paire de ciseaux « universelle » ou « pour gauchers ». J’ai essayé de faire la maligne, mais ça a raté, je suis incapable de couper avec des ciseaux cranteurs droitiers et ce n’est pas faute d’avoir essayé !

Le découd-vite est un outil souvent utilisé et conseillé. Alors oui, si je dois défaire une couture ça prend plus de temps à défaire avec mon petit ciseau de broderie, mais le danger avec un découd-vite c’est que l’on peut très bien découdre le tissu en même temps que le fil si on n’y prête pas attention. Je préfère me faufiler entre les fils de la couture avec mon ciseau cigogne que de me laisser surprendre par le découd-vite. Et j’avais déjà une paire de ciseaux de brodeuse et je n’avais pas le découd-vite.

Le fer à repasser n’est pas une option pour moi. Un tissu ça se lave, se repasse et se range. Ce sujet est assez sensible – pour moi – et j’en parlerai plus lors d’un prochain billet. 😉

Petit bonus rien que pour vous.

On peut compléter la liste plus haut avec quelques objets de plus. Tout dépend de son niveau (un.e grand.e débutant.e ne voudra peut-être pas investir dans ce qui suit s’il ne coud qu’occasionnellement), de ses projets et de son budget de départ.

– Machine à coudre.
– Canettes (compatibles avec la machine).
– Aiguille(s) pour la machine.
– Tapis de découpe.(*)
– Cutter rotatif.
– Règle de patchwork.

Les aiguilles pour la machine il en faudra plusieurs, car elles s’usent et en s’usant cassent le fil ou finissent par casser elles-mêmes. Le tapis de découpe et le cutter s’utilisent ensemble, ça va tellement, mais tellement plus vite comme ça, je ne peux plus m’en passer.

(*) Les tapis de découpe sont à mémoire de forme mais ce qui est important à savoir : il ne faut pas poser une source de chaleur dessus, ça déforme le tapis.

Et le tissu ?

C’est sûr qu’il va en falloir du tissu. Mais avant de vous en parler, je vais vous donner un conseil : n’achetez le tissu que si vous savez ce que vous allez en faire ! Ne fonctionnez pas au coup de cœur. Non seulement on fait des dépenses inutiles, mais on fait un stock qui prend la poussière dans un tiroir car soit le tissu « est trop beau pour être coupé », soit on se retrouve avec le tissu dans les mains en se demandant pourquoi on l’a acheté, nos goûts ont changé.

Ces tissus ont été déjà utilisés pour différents projets et j’en ai encore deux autres en réserve pour eux. C’est bien de ne pas voir trop grand niveau quantité même des tissus que l’on achète également. C’est plus ça ma bête noire que le fait d’acheter des tissus que je n’utilise pas, surtout quand il s’agit de tissus coups de cœur.

Si vous êtes grand débutant, autant commencer à puiser dans le meilleur stock au monde, celui que tout le monde a et à portée de main : la récupération. Le vieux jean usé qu’on ne veut pas jeter car on l’adore, le vieux drap qu’on garde au cas où, mais qu’on n’utilise pas du tout, une vieille robe, etc. On a toutes sortes de couleurs et de matières à portée de main, autant en profiter.

De la patience.

J’ai gardé le meilleur pour la fin : la patience. Lorsque l’on débute, peu importe quoi, c’est ce dont on a le plus besoin. Il faut prendre son temps en cousant, se donner le temps pour apprendre de ses erreurs, avoir le temps de recommencer. Mais ça, vous vous en doutiez déjà. 🙂

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *